10
2009

Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Avec les App Stores, les Labs vont-ils devenir une autre tendance importante du web de 2009 ?

C’est ce que l’on pourrait croire si l’on en juge par le développement de ces services parallèles mis en place par les grand éditeurs du web pour tester et faire tester sans trop se mouiller des fonctions et autres applications sans s’engager sur leur fiabilité ou même leur pérennité.

netvibeslabs intro Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Sentiment renforcé par l’information, reprise dans plusieurs blogs américains ces derniers jours, selon laquelle Twitter aurait annoncé (de façon non officielle) la création prochaine d’un Twitter Labs.

Le phénomène n’est pas nouveau, et les pionniers furent probablement Google avec Gmail Labs, et même Digg, qui fait tourner depuis longtemps sur Digg labs des projets d’organisation et de présentation de l’information selon des critères différents de ceux de son site Digg.com.

Un Lab à quoi ça sert exactement ?

Les labs ont généralement plusieurs vocations. Tout d’abord, la première, qui consiste simplement à fournir un espace de créativité aux développeurs maison, qui peuvent ainsi proposer des idées de fonctions et d’applications qui seront testées en conditions réelles par des milliers d’utilisateurs. Ces tests grandeur nature permettent souvent d’obtenir des remontées précieuses pour améliorer les fonctions et espérer peut-être un jour les voir devenir « officielles ». Derrière cet usage, il y a aussi un enjeu d’image : mettre en place un lab permet de montrer que l’on est une société tournée vers l’innovation, mais aussi l’écoute de ses utilisateurs, et la valorisation de ses collaborateurs. Accessoirement l’emphase mise sur le côté « scientifique » des développements lié à la terminologie de laboratoire ajoute une couche de sérieux sur l’ensemble, sans compter le fait qu’avoir un lab fait riche. Bref, c’est tout bénéf.

Comment fonctionnent les labs ?

Il n’y a pas de règle absolue mais on retrouve dans la plupart des Labs quelques points communs, comme la nécessité d’être inscrit en temps que membre du service, la possibilité de donner son avis d’utilisateur ou de noter une application en test, et pour certains la possibilité de participer au programme en temps que développeur. Même s’il s’agit donc de tester des fonctions expérimentales, cela n’induit que des risques limités car les fonctions proposées dans les labs sont généralement déjà testées et validées par l’éditeur du service, qui ne prendrait pas le risque de voir celui-ci corrompu par une extension codée avec des moufles.

C’est le cas notamment avec Gmail Labs, dont certaines fonctions destinées à améliorer et faciliter encore l’usage de la messagerie Gmail de Google sont déjà adoptées depuis longtemps par les utilisateurs, qui les ont intégrées dans leur usage quotidien sans même se souvenir qu’elles sont encore au stade de l’expérimentation, comme par exemple l’annulation de l’envoi d’un email.

A noter que certains labs fonctionnent uniquement sur invitation privée avec un nombre restreint de testeurs  à qui sont assignées des missions précises, avec un brief et une clause de confidentialité. C’est le cas du programme Orange Labs par exemple.

Quelles sont les limitations des labs ?

Comme l’indique clairement Google à propos de Gmail Labs, rien n’est garanti, puisque concernant les applications proposées :

  • Elles peuvent cesser de fonctionner à tout moment.
  • De la même manière, il est possible qu’elles disparaissent, temporairement ou définitivement.
  • Elles peuvent aussi être tellement performantes qu’elles accéderont bientôt au rang de fonctionnalités à part entière

Quels avantages pour les internautes utilisateurs ?

Outre le frisson de tester des applications avant les autres, les labs permettent de disposer d’un choix de fonctionnalités innovantes parmi lesquelles l’internaute a davantage de chances de trouver celles qui lui conviendront le mieux, sans prendre de risques inconsidérés. C’est également une opportunité de pouvoir donner son avis en sachant qu’il y a plus de chances pour qu’il soit pris en compte.

Quelques exemples de labs

Facebook Prototypes

Pour y accéder, rendez-vous sur votre compte Facebook, puis allez dans le répertoire des applications, et cliquez sur Prototypes an bas du menu gauche.

facebooklabs Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Gmail Labs

Pour y accéder, cliquez sur Paramètres, puis sur Labs.

gmaillabs Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Microsoft Research

Accessible au public à cette url : http://research.microsoft.com/en-us/

mslabs Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Wikio Labs

Accessible au public à cette url : http://labs.wikio.net/

wikiolabs Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Lab’Orange

Accessible au public à cette url : http://www.laborange.fr/ mais programme de tests privés sur inscription

orangelabs Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Netvibes Labs

Accessible au public à cette url : http://www.netvibes.com/labs/

netvibeslabs Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Digg Labs

Accessible au public à cette url : http://labs.digg.com/

digglabs Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Alors, les labs, tendance lourde, mode, ou privilège réservé aux plus riches ? Attendons donc de voir ce que va proposer Twitter dans son lab. Maintenant si vous vous sentez l’âme d’un cobaye ou d’un early adopter, ces adresses feront votre bonheur.

Articles sur le même sujet :


Article original écrit par Eric et publié sur Presse-Citron, le 05/10/2009. |
Lien direct vers cet article | © Presse-citron.net – 2009

Diffusez vos communiqués de Presse gratuitement sur Sitebuzz

 Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

[...]

Via : Les labs, une autre tendance du web, même Twitter s’y colle

Laisser un commentaire

Flux RSS des commentaires